deadly disease
il leur avait suffit d'attendre le bon moment, le bon jour. il leur avait suffit d'être patients, le doigt prêt à presser l'interrupteur — il leur avait suffit de compter jusqu'à trois et elles étaient sorties l'instant d'après, avaient avalé un nombre horrifiant de vies. s'étaient emparées des familles et les avaient déchirées d'un coup de croc, avaient disloqué des liens et brisé des coeurs en l'espace de quelques secondes. il leur avait suffit d'un souffle pour faire exploser la capitale, bombes enterrées des années — des siècles ? — plus tôt sous le sol de nausicaa.
il leur avait suffit d'un battement de cil, mais ça ne lui avait pas suffit.
top partenaires
membres: 45
femmes: 9
hommes: 21
karma: 5
hybris: 7
entropy: 9
eldorado: 9
jokers/esprits: 6

a king's misfortunes + hide


a king's misfortunes
FT. HIDE
Lloyd a toujours détesté le froid qui transperçait les maigres vêtements qu’il portait. Petit, il s’amusait à appeler ce phénomène « La Morsure de l’Hiver », comme s’il se trouvait dans un livre, jeu-vidéo ou n’importe quel autre monde fantastique qui n’était pas celui où il se trouvait. Il pensait que l’hiver était une terrible saison. Dans la maison où il vivait – si l’on pouvait appeler ça une maison –, il faisait toujours froid. Papa n’était pas là à cause du travail. Maman n’était pas là, il ne savait pas exactement pourquoi. Probablement parce qu’elle ne voulait plus être là.

Une maison froide et vide ne convenait pas à un enfant de son âge. La plupart du temps, il errait dans les rues en frottant ses petites mains souffrantes. Puis, il prit l’habitude de se rendre chez un jeune couple, aux moyens relativement modestes, mais c’était toujours mieux que sa situation à lui. L’homme était moins présent, alors Lloyd s’attacha plutôt à la jeune femme qui semblait elle aussi, s’être pris d’affection pour le petit garçon. Elle lui avait même offert un manteau pour qu’il n’ait pas froid. Elle lui préparait un chocolat chaud à chaque fois qu’il passait chez elle. Elle était gentille.

Quand son père a remarqué le nouveau vêtement, il ne cacha pas sa colère. « Où est-ce que tu as volé ça ?! » Parce qu’à ses yeux, son fils ne pouvait obtenir une chose pareille qu’en volant. Ce n’était pas vraiment surprenant, étant donné la situation précaire dans laquelle ils se trouvaient. Ce soir-là, il le battit. Ce n’était pas quelque chose qui arrivait souvent et la plupart du temps, en prenant un peu de recul, Lloyd savait qu’il le méritait bien. Mais, pas cette fois-ci. Et comme à chaque fois, après l’avoir suffisamment frappé, son père s’abandonnait à l’alcool. En pleurs, il s’excusait auprès de son fils, auprès de sa femme et auprès des dieux, alors que Lloyd se blottissait dans un coin de la pièce en attendant que le sang battant furieusement dans ses tempes ne cesse de la tourmenter.


Ce matin-là, Lloyd se réveilla de mauvaise humeur.
Principalement à cause de ces souvenirs qui refaisaient surface un peu près n’importe quand. Alors il se lève péniblement en pensant que s’il pouvait ne pas avoir à vivre cette putain de journée ce serait parfait. Parce que les journées sont toujours longues, les journées sont toujours chiantes et il déteste ce ciel de merde même pas bleu qui lui pète les yeux.

Au moins, quand il fait nuit y a les étoiles et les étoiles, c’est beau.
Un café, juste un café parce qu’il a pas le temps de déjeuner. Il se dit toujours : « j’vais me lever plus tôt », mais au final il a même pas l’air d’essayer et même s’il tente le coup, bah il y arrive pas. On ne résiste pas à l’appel des draps qui deviennent soudainement encore plus confortable que la nuit dernière. Stupides draps. Stupide lit. Ouais, la vie de Lloyd, c’est vraiment de la merde, tellement de choses sans intérêt qui le préoccupent…

Genre Clochette.
Sauf que s’il voulait que son humeur s’améliore, il ferait mieux d’éviter de penser à elle. Alors Lloyd enfile paresseusement ses vêtements et quitte son refuge avec réticence. C’est bon. Tout allait bien se passer. Il allait fermer les yeux, les rouvrir et la journée sera déjà terminée.

Forcément, ça n’a pas vraiment fonctionné.
Ce serait mentir de dire que Lloyd n’avait pas réellement espéré que les choses ne se passent ainsi. Aussi ridicule que cela puisse paraître. Mais bon, la bonne nouvelle, ce que le King d’Entropy s’est enfin décidé à agir. La plupart ne semblait pas approuver son choix, mais le Wannabe le soutenait entièrement. « Quelle bande d’ingrats », pensa-t-il alors qu’il parcourait les derniers mètres le séparant du lieu de rendez-vous. « Me dis pas que t’es déjà torché, bro. Ca me vexerait de savoir que t’as commencé à boire avant même que j’arrive. »

Ouais, sauf que ça l’étonnerait pas le moins du monde, parce qu’il savait qu’Hide avait la mauvaise habitude de boire pas mal – pour ne pas dire que c’était un alcoolo. ▬ #7eafcc
Ven 7 Oct - 1:50
avatar
18
29
03/08/2016
aucun
entropy
a king's misfortunes
Il lui a fallu des jours, des semaines voire des mois, pour prendre cette décision. Des années — une, deux, ou plus, il oublie — à vivre avec ce trou noir, ce blanc dans son existence et ces souvenirs brouillés d'une salle sans couleur, d'un séjour teinté de douleur et de nuits passées dans la peur. Et ça a fini par arriver ; il a fini par mettre une tête sur ces mauvais traitements, sur les responsables de cette éclaboussure grise et rouge dans son vécu.
Le pic. Reine et pleaser, tous deux alliés pour faire souffrir l'humain — par pure méchanceté ou des motifs peut-être plus ou moins louables, il n'en sait rien. Mais ce qu'il sait, c'est qu'ils étaient deux coupables, et qu'il était hors de question de les laisser gouverner la cité de Nausicaa.

Et quand le plan avait été exposé, ils avaient presque tous acceptés. Presque parce qu'il y avait les sceptiques, les réalistes ; ceux qui ne voyaient dans cette attaque qu'un suicide de masse, une catastrophe en devenir. Mais Hide n'a pas reculé, pour la simple et bonne raison qu'à ses côtés s'est toujours trouvé une tête brune : Lloyd. T'as toujours été là pour lui, Lloyd. Pratiquement depuis sa première inspiration, jusqu'à celle qu'il vient de lâcher, seul au QG.

Peut-être qu'il aurait dû te nommer toi au poste de jack. Peut-être qu'il a fait une connerie en proposant Clochette — il s'était jamais posé la question, parce qu'elle était comme une petite sœur mais aussi comme une conseillère, la seule capable de lui foutre un coup de genou entre les cuisses sans qu'il proteste trop. Sauf que Clochette a pas approuvé son idée ; elle a pas dû percevoir toute la haine, tout ce qui se cachait derrière l'excuse du 'nausicaa est à nous, ils nous l'ont volée'. Pourquoi il aurait dit devant tout le monde qu'une gonzesse et son taré de frère étaient les responsables de son accès de colère ?

Nan, c'est plus simple comme c'est maintenant. Ils pensent juste que Hide a pété les plombs ou, pour les optimistes, qu'il s'est sorti les doigts du cul, qu'il a enfin décidé d'être à la hauteur du roi des humains — ils pensent ça et ils ont pas tort, parce que Hide il se sent pas bien, il se sent même pas bien du tout.

Et Hide quand il est dans le mal, il se torche la gueule à coups de bières, ou de trucs plus forts, plus durs. C'est pas forcément qu'il est seul, il l'est pas et ils l'ont tous suivi dans sa rébellion (enfin presque, y en a qui n'ont pas voulu, manifestement) ; il a juste l'impression d'avoir tué Esmeralda. Que c'est sa faute, si elle a fini par brûler vive — il aurait voulu être là pour l'en sortir ou, à la limite, l'achever, l'empêcher de souffrir.
Il l'aimait, Esmeralda.

« Me dis pas que t'es déjà torché, bro. Ça me vexerait de savoir que t'as commencé à boire avant même que j'arrive. » Et c'est presque immédiat, un sourire déchire ses lèvres un peu gercées quand il t'entend, affaissé sur son siège. « alors.. oui et non. Oui j'ai commencé, non j'suis pas torché. Il m'en faut cinq fois plus, pour me mettre à terre — et encore. » Il tapote la chaise à côté de lui, t'invitant à poser son majestueux derrière avec lui. « ramène-toi, elles vont pas se boire toutes seules. »

il aurait pu construire un monument avec les packs de bières et en avait déjà sifflé un nombre en tous points inacceptable ce qui, malgré ses dires, lui foutait un sale coup dans le nez. « j'ai réfléchi à plein, pleiiiin de trucs frère. » son bras passe autour de tes épaules, pointe un doigt sur ta face avec l'allure parfaite du soiffard de base. « et j'en suis venu à la conclusion que t'étais le seul vrai, dans l'histoire. Avec l'autre glandu de joker, mais lui j'suis sûr c'est juste parce que ça l'amuse. Toi, toi.. j'crois t'es là pour moi, parce que t'as compris pourquoi c'était. Nécessaire. »

et il termine son fond de bière, en décapsule une autre en de nombreuses tentatives avortées, avec un briquet à moitié défoncé. « je t'aime lloyd, j'espère qu'tu le sais. »
feat. lloyd amour de moi




Jeu 10 Nov - 18:32
avatar
305
158
18/07/2016
18
uc
aucun
entropy
a king's misfortunes + hide
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lion king spirit of war
» [Octobre] Isul Romantic King
» CAVALIER KING CHARLES F 5 ANS REFUGE DE BETHUNE 62
» Bonne fête, Hide-hime. [Pv]
» [Mai] Taeyang Hide Doubt Version
réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum