deadly disease
il leur avait suffit d'attendre le bon moment, le bon jour. il leur avait suffit d'être patients, le doigt prêt à presser l'interrupteur — il leur avait suffit de compter jusqu'à trois et elles étaient sorties l'instant d'après, avaient avalé un nombre horrifiant de vies. s'étaient emparées des familles et les avaient déchirées d'un coup de croc, avaient disloqué des liens et brisé des coeurs en l'espace de quelques secondes. il leur avait suffit d'un souffle pour faire exploser la capitale, bombes enterrées des années — des siècles ? — plus tôt sous le sol de nausicaa.
il leur avait suffit d'un battement de cil, mais ça ne lui avait pas suffit.
top partenaires
membres: 45
femmes: 9
hommes: 21
karma: 5
hybris: 7
entropy: 9
eldorado: 9
jokers/esprits: 6

meteorite_ (zackare)

meteorite
hit me like a meteorite
Elle inspire.
Glisse le long de son lit — la fatigue et les courbatures font de chaque mouvement un véritable supplice. Les yeux striés de cernes et les cheveux décolorés. Observe le ciel, aperçoit le soleil ; qui tombe, tombe lentement pour se faire avaler par la nuit. La salle de bain l'accueille maussadement, le visage tiré par le sommeil agité — et quand elle regarde le miroir, elle y verrait presque deux ailes atrophiées, noires.

Elle expire.
Attrape son sac, entend ses articulations craquer dans les gestes sans la satisfaire, abîmant juste le semblant de silence qui traînait dans l'appartement. Les chaussures mises, le casque de moto dans une main et le panier de son chien dans l'autre. Elle entendrait presque la chute du soleil en sortant, les yeux irrémédiablement attirés par sa lumière devenue pâle — elle entendrait presque ses lamentations.

Elle inspire.
Le trajet est tout aussi triste, alimenté par les ronronnements de sa moto et les quelques minimes couinements plaintifs de la petite bête. Et les souvenirs des jeux lui donnent envie de se briser le poignet sur le guidon, d'accélérer suffisamment pour sentir son rythme cardiaque partir au quart de tour ; et avant qu'elle n'ait fait son choix, la cité à moitié dévastée de Nausicaa s'impose à elle, plus aussi grande et majestueuse qu'autrefois.

Elle expire.
C'est toujours une épreuve, de passer à travers les mailles du filet. Mais Icare — Aricie — est une trafiquante. Elle sait comment faire circuler les vivres et, aussi et surtout, les êtres vivants ; joint entre les dents, moto garée dans le parking le plus près et les champs élyséens s'offrent à elle, la musique pulse déjà dans ses veines et l'adrénaline lui envoie une décharge lorsqu'elle passe la porte, toujours armée de son casque et de son panier.

Elle inspire.
Ne salue personne, ne sourit pas, fixe simplement son objectif jusqu'à l'atteindre. Grand, lui aussi. A l'odeur de cendre, entouré par la mort et peut-être aussi imprégné de son parfum. Nouvelle taffe, léger coup de pied pour attirer ton attention. « Zack. » en guise de salutation, sans pour autant être froide — rictus narquois, les vacheries sur le bout de la langue et la fumée envoyée directement dans ton visage. « Faut qu'on monte le chiot, il peut pas rester ici. »

Elle expire.
Sort délicatement la petite bestiole de sa prison et la garde contre sa poitrine ; elle a besoin de sentir cette grosse boule de poils contre elle tant qu'ils sont autour, et n'a jamais jugé bon de faire confiance à qui que ce soit travaillant dans ce mini-enfer. Le joint se consume entre ses lèvres, elle en arrache une énième taffe, lève le menton pour que la fumée ne touche pas les poumons fragiles de son chien.

Elle inspire.
« Essaye de pas aller en sens inverse cette fois, ça serait fâcheux. »

Elle éclate de rire.
Et elle s'étouffe, à l'intérieur.



Jeu 10 Nov - 13:34
avatar
70
189
18/09/2016
26 ans
ghost whisperer
karma
meteorite_ (zackare)
Page 1 sur 1
réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum